jeudi 12 mai 2016

La goutte d'eau qui met le feu aux poudres

publié le 10 avril 2016 - modifié le 12 mai 2016
____________


acquis… le fera-t-on (encore) croire ?





on n'invente pas!...

Photo ©LSP






Les "acquis sociaux" : voilà une expression que l'on entend partout, en particulier dans la bouche des dirigeants syndicaux, comme une litanie ou un tropaire (1). Un acquis, selon le N.P.L.I. (Nouveau Petit Larousse Illustré), c'est ce "qui a été obtenu, reconnu une fois pour toutes et ne peut être contesté."
Les politiques patronales et gouvernementales, depuis des décennies, mais avec une nette accélération récente (n'est-ce pas, madame El Khomri), devraient leur montrer qu'il n'y a au contraire aucun acquis pour les salariés (les travailleurs, même si c'est un mot proscrit, y compris par la CGT) : dès qu'il s'agit du droit du travail, il n'y a "aucun tabou" : tout est à l'encan.
Désormais, acquis doit être compris comme son contraire : ce "qui peut toujours être contesté".

Encore une énantiosémie (2dans le vocabulaire social, à rajouter à une liste déjà longue : les "partenaires sociaux" (en principe, des partenaires sont des égaux), l'"ouvrier spécialisé" (OS) qui est tout sauf spécialisé, le "plan social" qui doit se comprendre plan de licenciements. Le "plan de sauvegarde de l'emploi" (PSE), le petit dernier, devrait prêter à rire ; et pour ce qui est la "loi travail", à vous de traduire.


(1) Un tropaire désigne différents types d'interventions musicales dans les rites de diverses religions ou cultes. Le mot vient du grec ancien τρόποςtropos, « mode, mélodie, ton, chant ».
On se souviendra -comme chacun sait- qu'un tropaire est un élément important de la cantillation hébraïque, le mot est ici une translittération du yiddish טראָפּ "trop".


(2)Une énantiosémie c'est le fait pour un mot de signifier une chose et son contraire, ambivalence de celui-ci autorisant des interprétations opposées.

Crépuscule, louer, remercier, trouvaille, ainsi que pharmakon en grec et crise en chinois, sont des exemples classiques d’ambivalence, d’ambiguïté et d’énantiosémie.



L’énantiosémie du langage s’avance masquée, comme l’Inconscient, sous-jacente dans le lexique, la syntaxe et la sémantique, dans la prosodie et la phonologie, dans les figures de style. Elle est liée à la plasticité de la langue qui peut dire à la fois quelque chose et son inverse. Présente au fond de la pensée et de l’imaginaire, elle est magnifiée par la poésie dans l’harmonie des contraires. 


Donnons ici quelques cas d’énantiosémie. À côté des cas connus comme le verbe louer ou le nom hôte, on peut considérer le verbe chasser qui fait ainsi référence à deux mouvements opposés : en gros, attraper, « faire venir à soi » et « faire disparaître » (chasser la cannette / chasser les mouches) ; le verbe apprendre s’emploie pour exprimer l’acte d’enseigner, mais, aussi l’acte d’assimiler un enseignement (apprendre quelque chose à quelqu’un / apprendre quelque chose de quelqu’un). Supporter renvoie à une action « positive » — encourager, soutenir, ou au procès plus négatif de tolérer quelque chose qui nous perturbe. Partager est un procès par lequel, soit on met une chose en commun, soit on disperse cette chose. Dispenser, c’est aussi bien « accorder » quelque chose à quelqu’un, qu’ « exempter » quelqu’un de quelque chose ; jurer est un acte illocutoire de serment, mais aussi un acte de blasphème —et dans le même ordre d’idée, on sait que sacré signifie à la fois « saint » et « maudit » [« Ce métier sacré est un sacré métier », Pierre Lazaref (parlant du journalisme)]. Remercier quelqu’un, c’est exprimer une reconnaissance, ou au contraire, sanctionner en congédiant. Écran réfère aussi bien à un objet qui permet la « monstration » de quelque chose (écran de télévision), qu’à un objet qui permet de cacher quelque chose (écran de fumée). Jusqu’au XVIIIe siècle, crépuscule désigne aussi bien le coucher du soleil que son lever (Trésors de la Langue Française). 





Des djeun's bien rouges manifestent leur confiance en ceux qui les gouvernent
basé sur une info de ©LSP


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci d'utiliser cet espace pour publier vos appréciations.