dimanche 3 juillet 2016

Elie WIESEL. La Nuit, extrait

(extrait déjà publié sur l'ancien blog en 2011)









(...)  Un jour que nous revenions du travail, nous vîmes trois potences dressées sur la place d'appel, trois corbeaux noirs. Appel. Les S.S. autour de nous, les mitrailleuses braquées : la cérémonie traditionnelle. Trois condamnés enchaînés - et parmi eux, le petit pipel, l'ange aux yeux tristes.
        Les S.S. paraissaient plus préoccupés, plus inquiets que de coutume. Pendre un gosse devant des milliers de spectateurs n'était pas une petite affaire. Le chef du camp lut le verdict. Tous les yeux étaient fixés sur l'enfant. Il était livide, presque calme, se mordant les lèvres. L'ombre de la potence le recouvrait.
        Le Lagerkapo refusa cette fois de servir de bourreau. Trois S.S. le remplacèrent.
        Les trois condamnés montèrent ensemble sur leurs chaises. Les trois cous furent introduits en même temps dans les nœuds coulants.
- Vive la liberté ! crièrent les deux adultes.
        Le petit, lui, se taisait.
- Où est le bon Dieu, où est-il ? demanda quelqu'un derrière moi.
        Sur un signe du chef du camp, les trois chaises basculèrent.
        Silence absolu dans tout le camp. A l'horizon, le soleil se couchait.
- Découvrez-vous ! hurla le chef de camp. Sa voix était rauque. Quant à nous, nous pleurions.
- Couvrez-vous !
        Puis commença le défilé. Les deux adultes ne vivaient plus. Leur langue pendait, grossie, bleutée. Mais la troisième corde n'était pas immobile : si léger, l'enfant vivait encore...
        Plus d'une demi-heure il resta ainsi à lutter entre la vie et la mort, agonisant sous nos yeux. Et nous devions le regarder bien en face. Il était encore vivant lorsque je passai devant lui. Sa langue était encore rouge, ses yeux pas encore éteints.
        Derrière moi, j'entendis le même homme demander :
- Où donc est Dieu ?
        Et je sentais en moi une voix qui lui répondait :
- Où il est ? Le voici - il est pendu ici, à cette potence...
        Ce soir-là, la soupe avait un goût de cadavre. (...)

Elie Wiesel
La Nuit, 1958



Originellement, le titre donné par Elie Wiesel était  Un di Velt Hot Geshvign 
(littéralement : Et le monde se taisait),
un témoignage en yiddish de sa déportation à Auschwitz-Birkenhau puis à Buchenwald, qui fut traduit/condensé en français sous le titre La Nuit.


**Elie, diminutif de Eliezer, WIESEL est né le 30 septembre 1928 à Sighet en Roumanie.

Il meurt le 2 juillet 2016, il a 87 ans.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci d'utiliser cet espace pour publier vos appréciations.