vendredi 29 juillet 2016

Georges MATHIEU






Georges Mathieu le 8 février 2008 à Paris, lors de la vente aux enchères de sa Mercedes 500K Cabriolet de 1936 © Jean Ayissi / AFP


Précurseur du happening, qualifié par André Malraux de "calligraphe occidental", Georges Mathieu (1921 - 2012) a défendu un art libéré de toutes règles classiques. Au cours d'une carrière très éclectique, il a imaginé des bijoux, des meubles et des tapisseries, mais aussi des affiches pour Air France.

Né Georges Victor Mathieu d'Escaudoeuvres le 27 janvier 1921 à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), il est devenu, dans les années 1960 et 70, l'un des artistes français les plus célèbres au monde. En France, il symbolisait le peintre "officiel". Un autre 27 janvier, mais en 1756, naissait à Salzburg W.A.Mozart.

Georges Mathieu a été le premier artiste français à réagir violemment contre l'abstraction géométrique. Dès 1947, il a organisé des manifestations en faveur d'un art libéré de toutes les contraintes et habitudes classiques qu'il a nommé "l'abstraction lyrique", privilégiant le geste, le mouvement et l'émotion en peinture.

Peintre, graphiste, architecte, et designer...

En outre, Georges Mathieu, qui a fait découvrir Pollock aux Français, a été un précurseur du "happening". A la fin des années 60 et dans les années 70, le peintre s'est fait graphiste, architecte et designer. Il a créé une pièce de dix francs (1974), le trophée des 7 d'Or et le logo d'Antenne 2, dessiné des timbres-poste, les plans d'une usine, des affiches pour Air France, imaginé des bijoux, des meubles et des tapisseries.

Les toiles de Mathieu, membre de l'Académie des Beaux-Arts depuis 1975, sont exposées dans les plus grands musées du monde.


Georges Mathieu
Ahinoam the Jezreelitess and Abigail the Carmelitess


Georges Mathieu, impressionné lors de son voyage par la grande ferveur mystique du peuple israélien, écrivit un Hommage à Israël publié dans le journal Combat en août 1962, puis dans le quotidien Haaretz et enfin dans la revue Ariel en juillet 1963. En voici un court extrait.
« S’il est trop facile de dire que de cette mer Morte — le lieu le plus bas du monde — l’on ne peut que s’élever vers le ciel et rencontrer Dieu, c’est une évidence que les hommes de cette terre où s’est imprimé le sceau de Salomon, plantée la Croix et penché le Croissant, sont plus que tous les autres pétris par les remous de la foi, soumis aux lois de la religion, cernés par l’auréole mystique, dans une fatalité obsessionnelle inexorablement interrogative. Ce qui est non moins évident, c’est que tout est mis en œuvre ici pour la rédemption de l’homme, et cela comme à son insu.

Je vous le dis, peuple d’Israël, et je vous le répète, je me sens avec vous en triple communion : en tant qu’homme, en tant qu’artiste, en tant qu’esprit. »


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci d'utiliser cet espace pour publier vos appréciations.