samedi 24 décembre 2016

Marie NOEL. Berceuse de la Mère-Dieu



Gustav KLIMT
La Vierge, 1913





Berceuse de la Mère-Dieu

Mon Dieu qui dormez faible entre mes bras,
Mon enfant tout chaud sur mon cœur qui bat,
J’adore en mes mains et berce étonnée,
La merveille, ô Dieu, que m’avez donnée.

De fils, ô mon Dieu, je n’en avais pas.
Vierge que je suis, en cet humble état,
Quelle joie en fleur de moi serait née ?
Mais Vous, Tout-Puissant, me l’avez donnée.

Que rendrais-je à vous, moi sur qui tomba
Votre grâce ? Ô Dieu, je souris tout bas
Car j’avais aussi, petite et bornée,
J’avais une grâce et Vous l’ai donnée.

De bouche, ô mon Dieu, Vous n’en aviez pas
Pour parler aux gens perdus d’ici-bas…
Ta bouche de lait vers mon sein tournée,
Ô mon fils, c’est moi qui te l’ai donnée.

De main, ô mon Dieu, Vous n’en aviez pas
Pour guérir du doigt leurs pauvres corps las…
Ta main, bouton clos, rose encor gênée,
Ô mon fils, c’est moi qui te l’ai donnée.

De chair, ô mon Dieu, Vous n’en aviez pas
Pour rompre avec eux le pain du repas…
Ta chair au printemps de moi façonnée,
Ô mon fils, c’est moi qui te l’ai donnée.

De mort, ô mon Dieu, Vous n’en aviez pas
Pour sauver le monde… Ô douleur ! là-bas,
Ta mort d’homme, un soir, noire, abandonnée,
Mon petit, c’est moi qui te l’ai donnée.

Marie Noël
in Le Rosaire des joies 
1930



Marie Noël est une poétesse française née en 1883 et décédée en décembre 1967 à Auxerre. Elle choisit le pseudonyme Noël - elle s'appelle Marie Rouget - après le mort de son jeune frère, survenue un lendemain de la fête de Noël. Animée et mue par une profonde foi catholique, elle reçut entre autres le prestigieux Grand prix de poésie de l'Académie française en 1962. On notera qu'elle décède l'avant-veille de Noël.

4 commentaires:

  1. Pour éclairer notre solstice :

    " J’adore en mes mains et berce étonnée,
    La merveille, ô Dieu, que m’avez donnée."

    RépondreSupprimer
  2. Tiens, je ne la connaissais pas cette poétesse mais je sens que nous avons un lien fort. Notre prénom à toutes deux évoque noël, toutes deux sommes croyantes et toutes deux avons perdu notre maman à la même période. La mienne s'en est allée un 24 décembre un peu avant minuit. C'est dire à quel point Noël m'est une présence, un esprit, une vague d'amour.

    Merci pour la découverte (pour Klimt aussi ! ;-)) et de merveilleuses fêtes de Noël !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah pardon, c'est elle qui décède l'avant veille de noël, pas sa maman. Je n'ai pas fini mon bol de café, je dors encore à moitié.

      Supprimer

  3. Merci, Aukazou, pour vos bondissantes communications!

    RépondreSupprimer

Merci d'utiliser cet espace pour publier vos appréciations.