mardi 3 janvier 2017

B.B.







1966: No heated seats for Brigitte Bardot


It’s January 1966, and Méribel is up ahead. Brigitte Bardot is on her way to her luxury chalet in her Rolls-Royce, which she uses to go shopping – glamorous, certainly, but practical? Perhaps not…
A Rolls-Royce is a rare spot, even in the wealthy destinations of Paris or Cannes, so it’s particularly surprising to see Brigitte Bardot lost on the icy roads of the French Alps at the wheel of ‘the best car in the world’. However comfortable the Roller might be on the intercontinental highways, the heavy British barge poses a real challenge on the narrow, snow-covered roads. Fortunately, a cavalier is always on hand to help a damsel in distress. When Bardot loses her footing on the ice and falls, the future president of the French Republic, Valéry Giscard d’Estaing, lends her his hand. Bizarrely, he’s bitten by a dog before Bardot can accept – at least the tabloid press wasn’t twiddling its thumbs in the winter of 1966. 
Photo by Francois Gragnon/Paris Match via Getty Images



Courtoisie de ©Classic Driver

7 commentaires:

  1. Ah moi j’suis pas étonnée qu’on ait retrouvé Brigitte Bardot dans les Alpes ! Plus qu’une destination, c’est quasi de la prédestination ! ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Crétin des Alpes3 janvier 2017 à 16:17

    C'était plus fort que moi. A chacune de ses apparitions, je restais bée,bée.
    Et sans doute le suis-je encore un peu aujourd'hui.

    Aukazou, peut-être, me dispensera-t-elle de peine : je n'avais pas même 16 ans et l'objet de ma béance roulait avec une capuche blanche, en Rolls ! à Méribel ! poursuivi par de redoutables prédateurs ! dans le froid cruel ! et la neige impitoyable !
    Bée,bée, vous dis-je !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "l'objet de ma béance roulait avec une capuche blanche, en Rolls ! à Méribel ! poursuivi par de redoutables prédateurs ! dans le froid cruel ! et la neige impitoyable !"

      Fou rire !

      Supprimer
    2. Mais oui, fou rire. Au deuxième degré au dessous de zéro.

      Supprimer
    3. Oui mais un Q.I. de 135, et une culture hors norme, alors tu vois, j't'emmerde !

      Supprimer
  3. Bardot ! Il fallait deux siècles de civilisation bourgeoise et française pour produire cette silhouette, cette moue, cette insolence, cette innocence intégrale. Elle vient après le péché, elle nous en absout momentanément, elle est l'absolution originelle, et Dieu s'étonne d'avoir produit cette tentation permanente, cette résurrection de la chair. Votre document, cher Nuage, est épatant : il dit bien le bref vertige de gloire et de luxe, qui la saisit un court moment, et, dans le même temps, l'aimable détournement que sa nature lui commande de faire subir à sa Rolls. Par sa personne-même, elle transforme l'objet qu'elle touche, le lieu qu'elle investit, elle les «érotise», c'est à dire qu'elle en brouille le sens reconnu, qu'elle les projette dans son propre univers, qu'elle les soumet à sa règle.
    Après cela, en effet, il ne reste que les animaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est dit ! Superbement !
      J.

      Supprimer

Merci d'utiliser cet espace pour publier vos appréciations.