mardi 20 août 2019

Gherassim Luca









Ghérasim Luca, né à Bucarest en 1913 et mort à Paris en 1994 dans un milieu juif ashkénaze, comme son ami Paul Celan, est un poète d'origine roumaine dont la majeure partie de l’œuvre a été publiée en français. Bien qu'il ait côtoyé certains surréalistes français, il n'a jamais appartenu au groupe.















L'écho du corps

prête-moi ta cervelle 
cède-moi ton cerceau  
ta cédille ta certitude  
cette cerise cède-moi cette cerise 
ou à peu près une autre  
cerne-moi de tes cernes  
précipite-toi 
dans le centre de mon être  
sois le cercle de ce centre  
le triangle de ce cercle 
la quadrature de mes ongles  
sois ceci ou cela ou à peu près  
un autre 
mais suis-moi précède-moi  
séduction

entre la nuit de ton nu et le jour de tes joues  
entre la vie de ton visage et la pie de tes pieds  
entre le temps de tes tempes et l'espace de ton esprit 
entre la fronde de ton front et les pierres de tes paupières 
entre le bas de tes bras et le haut de tes os 
entre le do de ton dos et le la de ta langue  
entre les raies de ta rétine et le riz de ton iris  
entre le thé de ta tête et les verres de tes vertèbres 
entre le vent de ton ventre et les nuages de ton nu 
entre le nu de ta nuque et la vue de ta vulve  
entre la scie de tes cils et le bois de tes doigts  
entre le bout de tes doigts et le bout de ta bouche 
entre le pois de tes poils et la poix de ta poitrine  
entre le point de tes poings et la ligne de tes ligaments 
entre les pôles de tes épaules et le sud-est de ta sueur 
entre le cou de tes coudes et le coucou de ton cou 
entre le nez de tes nerfs et les fées de tes fesses
entre l'air de ta chair et les lames de ton âme 
entre l'eau de ta peau et le seau de tes os 
entre la terre de tes artères et le feu de ton souffle 
entre le seing de tes seins et les seins de tes mains 
entre les villes de ta cheville et la nacelle de tes aisselles 
entre la source de tes sourcils et le but de ton buste 
entre le musc de tes muscles et le nard de tes narines 
entre la muse de tes muscles et la méduse de ton médius 
entre le manteau de ton menton et le tulle de ta rotule 
entre le tain de ton talon et le ton de ton menton  
entre l'œil de ta taille et les dents de ton sang 
entre la pulpe de ta pupille et la serre de tes cernes 
entre les oreilles de tes orteils et le cervelet de ton cerveau 
entre l'oreiller de tes oreilles et la taie de ta tête  
entre le lévrier de tes lèvres et le poids de tes poignets 
entre les frontières de ton front et le visa de ton visage 
entre le pouls de tes poumons et le pouls de ton pouce 
entre le lait de tes mollets et le pot de ta paume 
entre les pommes de tes pommettes et le plat de tes omoplates 
entre les plantes de tes plantes et le palais de ton palais 
entre les roues de tes joues et les lombes de tes jambes 
entre le moi de ta voix et la soie de tes doigts 
entre le han de tes hanches et le halo de ton haleine 
entre la haine de ton aine et les aines de tes veines 
entre les cuisses de tes caresses et l'odeur de ton coeur 
entre le génie de tes genoux et le nom du nombre 
du nombril de ton ombre


Ghérasim Luca



jeudi 15 août 2019

Sainte Marie






©Jul



* *
Julien Berjeaut, dit Jul, né en 1974 à Maisons-Alfort, est un dessinateur de presse et auteur de bande dessinée français.
En 2001, il a été lauréat d'une bourse de la Fondation de France, pour un projet alliant dessin de presse et sinologie.

Il collabore au Point et à Lire, à L'Humanité et assure deux pages de bande-dessinée mensuelles dans Philosophie Magazine. Il a collaboré entre autres aux magazines L'Écho des savanes et Fluide glacial, à Charlie Hebdo puis au Nouvel Observateur, à Marianne, etc. Il a contribué également à divers quotidiens tels Les Échos, La Dépêche du Midi, Libération, Le Monde...
Sa série de bande dessinée Silex and the City, publiée chez Dargaud, a été adaptée en série d'animation, diffusée depuis septembre 2012 à 20h45 sur Arte. Avec 1,3 millions de spectateurs, c'est la meilleure audience d'animation en 2013, toutes chaînes confondues.







mardi 13 août 2019

Luc Bérimont. Poèmes—2—





Bientôt je n'aurai plus de voix



Bientôt je n'aurai plus de voix

Disait le voiturier

Bientôt je n'aurai plus de chats

Disait le châtaignier

Bientôt je n'aurai plus de rats

Disait le râtelier

Bientôt je n'aurai plus de poux

Disait le poulailler

Bientôt je n'aurai plus de rampe

Disait le rempailleur

Mais tous ceux qui ne disaient rien

Tous ceux-là n'en pensaient pas moins.



In L'esprit d'enfance
1980













- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -



Que faire ?



Que faire ?

dit la mère

à son petit enfant

qui est un éléphant.



Mais l'éléphant d'enfance

a du poil à sa trompe

et rit quand il se trompe.



On se console comme on peut

De ne pas être un oiseau bleu.



In Comptines pour les enfants d'ici et les canards sauvages
1974







- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





Conjugaison de l’oiseau



J’écris (à la pie)

J’écrivais (au geai)

J’écrivis (au courlis)

J’écrirai (au pluvier)

J’écrirais (au roitelet)

Écris ! (au sirli)

Que j’écrive (à la grive)

Que j’écrivisse (à l’ibis)

Écrivant (au bruant)

Écrit (au pipit)


In La poésie comme elle s'écrit
textes réunis par Jacques Charpentreau 
1979




- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Ma parenthèse —dans mon apparente aise—:

Exercice à expérimenter avec des enfants,
rien de tel pour un après-midi pluvieux...

Choisir une action,  la mettre en scène dans une phrase simple, au présent, avant de la décliner à d'autres temps en gardant la structure mais en modifiant certains des éléments qui la composent. Le sujet n'est pas forcément un pronom, ni la première personne du singulier, comme dans le texte de Luc Bérimont (trois des conjugaisons seulement, par nécessité, ne sont pas à la première personne).



Exemple, avec le verbe faire :




Je fais ce qu'il me plaît



Je fis des salsifis confits

Je faisais des salades décomposées

Je ferai des conserves de purée

Que je fasse une tarte à la mélasse

En faisant de la soupe d'éléphant

J'ai fait bouillir le café
car
Je fais ce qu'il me plaît

Nuageneuf

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





Fête aux fous



Fête aux fous

Dis-moi tout



Fête aux sages

Dis ton âge



Fête aux chiens

Ne dis rien



La fête est chez les cigales

Ça prend feu sous les étoiles.


In L'enfant et la poésie
1947



- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -





Haut les mains



Haut les mains

Peau d'lapin



Haut les bras

Peau d'pacha



Haut les pieds

Peau d'soulier



Haut les têtes

Peau d'ancêtre



Haut les yeux

Peau d'heureux



Haut les cœurs

Peau d'menteur



Haut les dents

Peau d'serpent



Haut les cuisses

Peau d'iris



Haut les cous

Peau d'filou



Haut les nez

Peau d'osier



La peau du marchand de peaux

Je la vends contre un bon mot.



In L'enfant et la poésie





dimanche 11 août 2019

Chats

Nous avons évoqué ici les douces moeurs de marmottes. Voici aujourd'hui celles des chats.













Mettons une chose au point tout de suite: les auteurs de cet article ne peuvent être soupçonnés de ne pas aimer les chats. Et cela pour une simple et bonne raison: ils les adorent. L'un des deux en possède même un (à moins que ce ne soit le chat qui le possède) et ne cesse d'en vanter les qualités. Et ce quand bien même il arrive fréquemment au bureau couvert de griffures (véridique). 
Cet amour inconditionnel des chats, qui nous accompagnent depuis 9000 ans, peut paraître bien étrange. Car lorsqu'on y regarde d'un peu plus près, nous aurions objectivement toutes les raisons du monde de les détester. Ou de s'en méfier comme de la peste. En voici six. Presque sans mauvaise foi.


1) Si vous l'aimez, votre chat, lui, ne vous aime pas.

S'il ronronne à vos côtés et vous réchauffe de son doux pelage pendant les longues nuits d'hiver, ne vous y trompez pas. N'y voyez aucune marque d'amour, car votre chat ne vous aime pas. Le chat s'est rapproché de l'homme par intérêt. Un moyen pour lui de se procurer de la nourriture sans effort. Et s'il tolère votre présence, c'est bien parce qu'il y trouve un intérêt matériel. Plusieurs expériences ont en effet montré qu'en dehors de ce lien, rien ne vous unissait à votre précieux animal.
Un scientifique britannique a par exemple mesuré en 2016 le taux d'ocytocine libéré dans leur salive après avoir été au contact de leurs maîtres, dans le cadre d'un documentaire diffusé par la BBC. Surnommée «hormone de l'amour», cette molécule est connue chez les êtres humains pour jouer un rôle dans la confiance, l'empathie, la générosité (et la sexualité). Or si la concentration en ocytocine augmentait de 57% dans la salive des chiens après avoir joué avec leurs maîtres, elle ne grimpait fébrilement que de 12% chez les chats. Alors oui, rassurez-vous, ils étaient sans doute très contents de jouer. Mais que ce soit avec vous, le voisin, le facteur ou même le boucher, cela ne change rien pour lui.
Toujours pas convaincu? Dans le reportage Chat sous surveillance diffusé en mai sur France 5, une équipe de chercheurs présentait une expérience tout aussi instructive. Si un propriétaire de chat se tient en compagnie d'un autre humain dans une pièce inconnue en restant parfaitement neutre, son animal de compagnie ne montrera aucun attachement particulier en entrant dans la pièce. Il ne cherche pas à être rassuré par son maître dans ce nouvel environnement, comme le font les enfants ou les chiens. Tout se passe comme si vous n'étiez rien de plus qu'un distributeur de croquettes à ses yeux. En équipant des chats de capteurs GPS, des scientifiques ont d'ailleurs pu constater qu‘ils n'hésitaient pas à multiplier les foyers pour augmenter le nombre de repas, voire à changer de maître en fonction de la qualité de l'assiette.
Pour finir sur une touche quelque peu morbide, si vous mourrez tout seul chez vous, votre chat n'attendra pas plus de 24 à 48h avant de commencer à vous manger. S'il ne trouve rien de meilleur à son goût bien sûr.






2) Votre chat vous manipule.

S'il n'aime que lui, le chat n'en reste pas moins un animal social. Près de 10.000 ans de cohabitation avec l'homme l'ont amené à développer des techniques de communication pour se faire comprendre. Des études de 2004, menées par Nicholas Nicastro de l'université de psychologie de Cornell (New York), montrent que le miaulement est réservé aux humains. Entre eux les chats ne miaulent pas, ou très peu. Ces miaulements diffèrent en fonction de ses émotions ou bien de ce qu'il veut. Selon le contexte, le chat peut émettre une dizaine de miaulements différents.
Mais cela va encore plus loin. Toxoplasma gondii vous connaissez? C'est pourtant le meilleur allié du chat. Ces bactéries sont responsables de la toxoplasmose. En 2013, une étude publiée dans la revue Plos one montre que les souris infectées par ce parasite deviennent beaucoup moins craintives envers ces terribles félins. Elles sont même attirées par leur urine! Elles n'en deviennent donc que plus faciles à chasser. Une technique de survie pour le parasite qui ne peut se reproduire que dans le tube digestif des chats. En février 2016, une autre étude a montré que cette manipulation parasitaire affecte également les chimpanzés, qui acquièrent suite à l'infection une attirance à l'égard de l'urine du léopard.
Un petit détail: un tiers de la population mondiale est infecté par Toxoplasma gondii , et de 50 à 70% de la population en Europe de l'ouest. Comme une souris de laboratoire vous êtes sans doute tombé dans le piège. Si vous aimez votre chat, c'est peut-être bien malgré vous...






3) Votre chat est un authentique psychopathe

Vous êtes tranquillement assis dans votre canapé à lire le journal. Le chat a déjà mangé, il dort sur le lit. La maison est calme et rien ne semble en mesure de déranger cette quiétude. Le chat se lève, se rapproche de vous. Il marque une pause, vous regarde quelques secondes et d'un seul coup il vous attaque! Aucune raison évidente à cet accès de violence, vous ne lui avez rien fait! Pourtant il s'est quand même jeté sur vous. Ne cherchez pas, vous n'y êtes pour rien. Votre chat est juste un psychopathe. La seule chose qui le retient de vous dévorer sur place, c'est sa taille.






C'est cet infime détail qu'il l'a d'ailleurs poussé à choisir d'être nourri par l'homme, plutôt que de se nourrir de l'homme. En 2015, des chercheurs de l'Université d'Edimbourg montraient que les chats partageaient une grande partie de leurs traits de caractère avec les lions en captivité. Comme les lions, les chats craignent les gens et se montrent généralement très suspicieux. Tous deux aiment dominer, sont impulsifs, anxieux et colériques. Ce sont en fait de petits prédateurs agressifs. Sans doute un moyen de compenser leur manque de confiance en eux.
Et si après vous avoir sauvagement mordu les mollets il vous ramène une souris morte, ce n'est pas pour se faire pardonner ou vous faire un cadeau désintéressé. Il vous montre ce dont il est capable, tout en sachant que jamais vous ne feriez aussi bien.

4) Votre chat reconnaît parfaitement votre voix. Il s'en fiche juste royalement

S'il sait vous parler, ça ne veut pas dire pour autant qu'il apprécie l'idée d'entamer une discussion. En 2013, une étude de l'université de Tokyo a montré qu'il comprenait parfaitement quand on l'appelait par son nom. Et qui plus est, il reconnaissait même la voix de son maître. Mais quand d'autres animaux (le chien pour ne pas le citer) manifestent des signes de joie et de reconnaissance à leur appel, le chat daigne à peine bouger une oreille. Refusant catégoriquement de se déplacer. Par contre si en même temps que vous criez son nom vous ouvrez son repas du soir, il y a de forte chance qu'il rapplique rapidement. Libre à vous de penser qu'il manifeste ainsi un signe de reconnaissance autre que celle du ventre.

5) Votre chat est un tueur-né et un danger pour la biodiversité

Les chats sont des machines à tuer et une menace pour la biodiversité. Chaque année, ils sont responsables en France de la mort de 75 millions d'oiseaux et probablement de millions de chauves-souris. Ce chiffre est colossal. Cela représente plus de 200.000 volatiles PAR JOUR. Aux États-Unis, ce sont plusieurs MILLIARDS d'oiseaux qui meurent chaque année sous leurs griffes acérées.




Et ce ne sont pas les seules victimes de leur instinct meurtrier. En Australie, les chats tuent environ un demi-milliard de reptiles chaque année. Quant aux petits mammifères, les scientifiques ont estimé il y a quelques années qu'il en mourrait entre 6,9 et 20,7 milliards chaque année sur le seul territoire américain. Pour limiter le carnage, les propriétaires sont invités à équiper leur animal de compagnie d'un collier coloré et/ou équipé d'une clochette.
Seul petit bémol, certaines études laissent penser qu'une minorité de chats est responsable de ces hécatombes. La plupart sont fort heureusement trop feignants pour se donner la peine de lever leur grasse carcasse afin d'assouvir leurs pulsions destructrices. Ils préfèrent alors les assouvir sur le canapé ou sur votre nouveau pull en cashmere.

6) Votre chat se lèche probablement les poils pour tenter de vous rendre malade

Selon les résultats de l'enquête européenne de santé respiratoire (rapportés en 2014 par l'ANSES), une personne sur dix environ serait, au moins faiblement, allergique aux chats en France. Ce qui en fait la 3e source d'allergie après les acariens et le pollen de graminées. Or ce ne sont pas les poils de chats en eux-mêmes qui provoquent l'allergie mais une protéine contenue dans leur salive (et leur urine). Les poils sont juste le vecteur privilégié de cette salive pour pénétrer dans notre système respiratoire. Vous ne regarderez plus les chats faire leur toilette de la même manière dorénavant: ces petits saligauds ne se lèchent pas pour se nettoyer mais pour nous rendre malades. Bon, ce n'est probablement pas vrai mais allez savoir avec des êtres aussi pervers...


    
©Gary Larson