samedi 22 juillet 2017

Tamara de Lempicka






Durant l'été on choisira des peintres aimés, ou pas...

.....



La dormeuse, 1932




Portrait du marquis d'Afflito, 1925




Kizette sur le balcon




Portrait de madame Bush, 1929





Suzanna à la piscine, 1938




Irène et sa jeune sœur




La convalescente, 1932




Le portrait de madame Allan Bott, 1930





Adam et Eve, 1932




Le chapeau de paille, 1930










_______________________________________________________




Tamara de Lempicka

       
Tamara de Lempicka, née dans une famille juive le 16 mai 1898 à Varsovie, en Pologne, décèdera le 18 mars 1980 a Cuernavaca, au Mexique. Elle est sans doute la peintre la plus célèbre de la période Art Deco.


Née en Pologne donc, elle a grandi en Russie, vécu à Paris, aux Etats-Unis, est morte au Mexique. Tamara de Lempicka, qui a peint les femmes modernes et indépendantes de son temps, a été une icône de l’art déco, sachant se mettre en scène et se faire connaître.


vendredi 21 juillet 2017

Andrée CHEDID. La faille






La faille


Prenez garde, porteurs de cicatrices !

Eteignez dans vos chairs les volcans de la haine,

Piétinez l’aiguillon et crachez le venin qui vous apparenterait un jour aux bourreaux,

Etouffez ces clairons, ces sonneries qui forcent la ressemblance qui commandent le talion.

Questionnez vos viscères, percez vos propres masques.

Soyez autres.




Andrée CHEDID



"...Questionnez vos viscères, percez vos propres masques..."

LUCIAN FREUD
Autoportrait




"Lucian Freud, né le 8 décembre 1922 à Berlin, est mort paisiblement la nuit dernière à son domicile à Londres" a fait savoir l'avocate du défunt.  

Le petit-fils de Sigmund Freud, Lucian, est en effet décédé le 20 juillet des suites d'une brève maladie. Le peintre de la chair, comme il était surnommé, avait donné ses lettres de noblesse à l'art figuratif grâce à ses corps nus qu'il peignait de manière si crue. Lucian Freud était l'artiste vivant le plus cher au monde et son œuvre se compose presque exclusivement de portraits et de nus. On se rappellera notamment le fameux Benefits Supervisor Sleeping peint en 1995 et représentant une femme obèse avec des escarres allongée nue sur un canapé. Le Centre Pompidou lui avait consacré une rétrospective en 2010.


jeudi 20 juillet 2017

2018. Exclu. Sujets du bac sous Emmanuel Macron











Philosophie :

– L’œuvre de Jean-Paul Sartre : acheter, vendre, conserver, sous-pondérer ou surpondérer ? Vous développerez vos recommandations aux investisseurs.
– Comment Paul Ricœur concilie-t-il le leadership inspirationnel (appelé verticalité en langue vernaculaire) avec la créativité communautaire bottom-up (appelée horizontalité en langue vernaculaire) pour optimiser la productivité de la vie politique ?
– En vous appuyant sur les statistiques de coûts des opérations militaires et de coûts des opérations de maintien de la paix dans le document joint, calculez la valeur nette actualisée du projet de paix perpétuelle d’Emmanuel Kant.
– Le sexe, l’argent et le pouvoir épuisent-ils les aspirations humaines ou faut-il en plus baratiner des trucs verticaux, genre transcendants ?
– Calculez le retour sur investissement de la lecture du Banquet de Platon (en prenant un exemplaire acheté 8 euros sur Amazon).
– Le désir sans frein est-il solvable ?
– L’esprit peut-il se départir des contraintes du compte d’exploitation ?

Littérature :

– « Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse » : le concept marketing de l’obsolescence programmée dans l’œuvre de Jean de La Fontaine.
– Comparez Steve Jobs à François-René de Chateaubriand.
– Comment Marguerite Duras a-t-elle créé un overwhelming competitive advantage (aussi appelé en langue vernaculaire avantage compétitif décisif) dans le fiction market ?
– Les market trends dans l’autofiction.
– Vous décrirez la stratégie out of the box de Michel Houellebecq depuis Extension du domaine de la lutte.
– Quelles pourraient être les synergies entre le Bon Marché et l’œuvre de Balzac ? Écrivez une recommandation à la direction générale de LVMH.
– « Levez-vous, orages désirés » : la littérature nous enseigne-t-elle à casser les codes des business model ?
– Exercice d’invention : une femme trentenaire découvre son hétérosexualité et son catholicisme. Racontez ses doutes, sa lutte contre les préjugés culturels, et les stratégies qu’elle déploie pour faire accepter sa différence et amener finalement son jules devant un curé en vrai dans une église encore consacrée.
– Exercice d’invention : vous êtes DRH et un employé en open space a mis en fond d’écran la citation suivante : « La chair est triste, hélas, et j’ai lu tous les livres. » Racontez l’entretien préalable à son licenciement.

Histoire :

– César, Napoléon, Hollande, Macron : trouvez l’intrus.

mercredi 19 juillet 2017

NORGE. Le travail







Le Travail

On répara le tonneau et les Danaïdes furent bien attrapées.
Il leur vint d’ailleurs une mauvaise graisse
et cela fit peine à voir.
Sisyphe n’en revenait pas.
Pourvu que mon rocher continue, pensait-il.
Ah, ceux qui ont la vocation du travail,
ça leur parait tout drôle quand la besogne est faite.

NORGE





Les Danaïdes  
John William Waterhouse 
(1849-1917)


La Dame de Shalott 
John William Waterhouse, 1888



Note : La Dame de Shalott n'a pas de relation particulière avec le poème de Norge. Elle est conviée ici en hommage à la peinture de John Waterhouse.



mardi 18 juillet 2017

Baudelaire le Belgophobe?









Portait de Baudelaire par Etienne Carjat. 





Après L’Enfer d’une saison (Editions de Fallois), où il imaginait les errances et les pensées du jeune Rimbaud dans une Bruxelles caniculaire, « au soleil des Hespérides », sur les traces de Baudelaire place Royale et à l’Hôtel du Grand Miroir, Jean-Baptiste Baronian s’est amusé à reprendre à zéro le dossier Baudelaire au pays des Singes,  c’est-à-dire dans la Belgique de Léopold II. Nombre d’essais ont été composés sur ce séjour malheureux (1864-1866), qui se conclut par la crise d’hémiplégie de mars 1866, le début du calvaire, que le cruel destin lui inflige, ô ironie, dans l’église namuroise des Jésuites.

Un paria

Avec ce livre aussi vif que plaisant, sans l’air d’y toucher, le très érudit Jean-Baptiste Baronian met fin à quelques légendes tenaces. Ainsi, la belgophobie rabique du poète est d’emblée expliquée par la misanthropie avouée d’un écrivain qui se considère comme un paria, ulcéré de ne pas être reconnu par la critique… et fêté par de généreux éditeurs. « Ce livre sur la Belgique (…) est un essayage de mes griffes. Je m’en servirai plus tard contre la France. J’expliquerai patiemment toutes les rasions de mon dégoût du genre humain », écrit-il à Narcisse Ancelle dès le début de son séjour.
Malheureux en amour, horrifié par le monde industriel, écœuré par la comédie de Paris (et aussi terrifié à l’idée d’y affronter ses créanciers), déçu dans ses ambitions éditoriales (surtout quand il compare sa situation à celle du richissime Hugo), Baudelaire se réfugie en Belgique dans le but d’y faire un bon livre d’impressions sur le jeune royaume libéral, et dans l’espoir naïf d’y toucher le pactole.

… dépressif

Cette excursion se métamorphose vite en enfer et, malgré le relatif succès de ses conférences au Cercle artistique et littéraire, Baudelaire sombre vite dans la dépression, faute de signer les mirobolants contrats qu’il avait imaginés. D’où, malgré l’amitié d’un Félicien Rops (qualifié de « seul véritable artiste »), sa rage pathétique à l’encontre de la « Grotesque Belgique » et de sa « capitale pour rire ».


Baudelaire au pays des singes
par Jean-Baptiste Baronian
Pierre-Guillaume de Roux, 2017













lundi 17 juillet 2017

La rafle







© Francine MAYRAN

Le Vel' d'Hiv
2009

   



    Bref rappel sur la Rafle

Ces 16 et 17 juillet 1942,

1 129 hommes,

2 916 femmes et

4 115 enfants 

ont été arrêtés par la police française et enfermés au Vélodrome d’Hiver.



Simultanément, 1 989 hommes et 3 003 femmes, couples sans enfants et célibataires, avaient été arrêtés et enfermés dans le camp de Drancy.

La quasi-totalité des 13 152 raflés furent déportés après séparation brutale dans les camps de Beaune-la-Rolande et Pithiviers des enfants en bas âge, environ 3 000, de leurs parents qui furent déportés les premiers.

Quant aux enfants, transférés à Drancy, ils en furent déportés entre le 17 et le 31 août 1942, mélangés à des adultes juifs en provenance de la zone libre où ils avaient également été arrêtés par les forces de police vichystes.

Ces ordres, dès l'origine, ont été donnés par un prétendu état français présidé par P.Pétain qui en a décidé ainsi. Pétain a signé de sa main la rafle des enfants. Ce crime est imprescriptible.



dimanche 16 juillet 2017

RAFLE du VEL'd'HIV. Le discours de J.CHIRAC & Analyse du discours de Jacques Chirac du 16 juillet 1995




Le programme de ce 75e. anniversaire

Ce dimanche 16 juillet, le Président Macron arrivera à 9h45 au Vélodrome d'Hiver pour y procéder à un dépôt de gerbe, avant les traditionnelles sonnerie aux morts et minute de silence. A 10h, ce sera au tour de Serge Klarsfeld de présenter le Jardin du souvenir et du mur sur lequel sont gravés les noms des enfants victimes. Nouvelle cérémonie ensuite au square des Martyrs juifs du Vel d'Hiv', au bord de la Seine, dans le XVe arrondissement.

Prendront ensuite la parole Raphaël Esrail, président de l'Union des déportés d'Auschwitz, Serge Klarsfeld, au nom des Fils et Filles des déportés juifs de France, la survivante de la rafle Rachel Jedinak, le fils de Simone Veil Pierre-François Veil, président du Comité français pour Yad Vashem, le petit-fils du Juste parmi les Nations Antoine Tena, le président du Crif Francis Kalifat, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu et, enfin, le Président Macron. 




Le discours de Jacques Chirac
16 juillet 1995







Monsieur le Maire,
Monsieur le Président,
Monsieur l’Ambassadeur,
Monsieur le Grand Rabbin,
Mesdames, Messieurs,
Il est, dans la vie d’une nation, des moments qui blessent la mémoire, et l’idée que l’on se fait de son pays.
Ces moments, il est difficile de les évoquer, parce que l’on ne sait pas toujours trouver les mots justes pour rappeler l’horreur, pour dire le chagrin de celles et ceux qui ont vécu la tragédie. Celles et ceux qui sont marqués à jamais dans leur âme et dans leur chair par le souvenir de ces journées de larmes et de honte.

Il est difficile de les évoquer, aussi, parce que ces heures noires souillent à jamais notre histoire, et sont une injure à notre passé et à nos traditions. Oui, la folie criminelle de l’occupant a été secondée par des Français, par l’État français.

Il y a cinquante-trois ans, le 16 juillet 1942, 450 policiers et gendarmes français, sous l’autorité de leurs chefs, répondaient aux exigences des nazis.

Ce jour-là, dans la capitale et en région parisienne, près de dix mille hommes, femmes et enfants juifs furent arrêtés à leur domicile, au petit matin, et rassemblés dans les commissariats de police.

On verra des scènes atroces : les familles déchirées, les mères séparées de leurs enfants, les vieillards — dont certains, anciens combattants de la Grande Guerre, avaient versé leur sang pour la France — jetés sans ménagement dans les bus parisiens et les fourgons de la Préfecture de Police.

On verra, aussi, des policiers fermer les yeux, permettant ainsi quelques évasions.

Pour toutes ces personnes arrêtées, commence alors le long et douloureux voyage vers l’enfer. Combien d’entre-elles ne reverront jamais leur foyer ? Et combien, à cet instant, se sont senties trahies ? Quelle a été leur détresse ?

La France, patrie des Lumières et des Droits de l’Homme, terre d’accueil et d’asile, la France, ce jour-là, accomplissait l’irréparable. Manquant à sa parole, elle livrait ses protégés à leurs bourreaux.

Conduites au Vélodrome d’hiver, les victimes devaient attendre plusieurs jours, dans les conditions terribles que l’on sait, d’être dirigées sur l’un des camps de transit — Pithiviers ou Beaune-la-Rolande — ouverts par les autorités de Vichy.

L’horreur, pourtant, ne faisait que commencer.

Suivront d’autres rafles, d’autres arrestations. À Paris et en province. Soixante-quatorze trains partiront vers Auschwitz. Soixante-seize mille déportés juifs de France n’en reviendront pas.

Nous conservons à leur égard une dette imprescriptible.

La Thora fait à chaque juif devoir de se souvenir. Une phrase revient toujours qui dit : « N’oublie jamais que tu as été un étranger et un esclave en terre de Pharaon ».

Cinquante ans après, fidèle à sa loi, mais sans esprit de haine ou de vengeance, la Communauté juive se souvient, et toute la France avec elle. Pour que vivent les six millions de martyrs de la Shoah. Pour que de telles atrocités ne se reproduisent jamais plus. Pour que le sang de l’holocauste devienne, selon le mot de Samuel Pisar, le « sang de l’espoir ».

Quand souffle l’esprit de haine, avivé ici par les intégrismes, alimenté là par la peur et l’exclusion. Quand à nos portes, ici même, certains groupuscules, certaines publications, certains enseignements, certains partis politiques se révèlent porteurs, de manière plus ou moins ouverte, d’une idéologie raciste et antisémite, alors cet esprit de vigilance qui vous anime, qui nous anime, doit se manifester avec plus de force que jamais.

En la matière, rien n’est insignifiant, rien n’est banal, rien n’est dissociable. Les crimes racistes, la défense de thèses révisionnistes, les provocations en tout genre — les petites phrases, les bons mots — puisent aux mêmes sources.

Transmettre la mémoire du peuple juif, des souffrances et des camps. Témoigner encore et encore. Reconnaître les fautes du passé, et les fautes commises par l’Etat. Ne rien occulter des heures sombres de notre Histoire, c’est tout simplement défendre une idée de l’Homme, de sa liberté et de sa dignité. C’est lutter contre les forces obscures, sans cesse à l’œuvre.

Cet incessant combat est le mien autant qu’il est le vôtre.

Les plus jeunes d’entre nous, j’en suis heureux, sont sensibles à tout ce qui se rapporte à la Shoah. Ils veulent savoir. Et avec eux, désormais, de plus en plus de Français décidés à regarder bien en face leur passé.

La France, nous le savons tous, n’est nullement un pays antisémite.

En cet instant de recueillement et de souvenir, je veux faire le choix de l’espoir.

Je veux me souvenir que cet été 1942, qui révèle le vrai visage de la « collaboration », dont le caractère raciste, après les lois anti-juives de 1940, ne fait plus de doute, sera, pour beaucoup de nos compatriotes, celui du sursaut, le point de départ d’un vaste mouvement de résistance.
Je veux me souvenir de toutes les familles juives traquées, soustraites aux recherches impitoyables de l’occupant et de la milice, par l’action héroïque et fraternelle de nombreuses familles françaises.
J’aime à penser qu’un mois plus tôt, à Bir Hakeim, les Français libres de Koenig avaient héroïquement tenu, deux semaines durant, face aux divisions allemandes et italiennes.
Certes, il y a les erreurs commises, il y a les fautes, il y a une faute collective. Mais il y a aussi la France, une certaine idée de la France, droite, généreuse, fidèle à ses traditions, à son génie. Cette France n’a jamais été à Vichy. Elle n’est plus, et depuis longtemps, à Paris. Elle est dans les sables libyens et partout où se battent des Français libres. Elle est à Londres, incarnée par le Général de Gaulle. Elle est présente, une et indivisible, dans le cœur de ces Français, ces « Justes parmi les nations » qui, au plus noir de la tourmente, en sauvant au péril de leur vie, comme l’écrit Serge Klarsfeld, les trois-quarts de la communauté juive résidant en France, ont donné vie à ce qu’elle a de meilleur. Les valeurs humanistes, les valeurs de liberté, de justice, de tolérance qui fondent l’identité française et nous obligent pour l’avenir.
Ces valeurs, celles qui fondent nos démocraties, sont aujourd’hui bafouées en Europe même, sous nos yeux, par les adeptes de la « purification ethnique ». Sachons tirer les leçons de l’Histoire. N’acceptons pas d’être les témoins passifs, ou les complices, de l’inacceptable.
C’est le sens de l’appel que j’ai lancé à nos principaux partenaires, à Londres, à Washington, à Bonn. Si nous le voulons, ensemble nous pouvons donner un coup d’arrêt à une entreprise qui détruit nos valeurs et qui, de proche en proche risque de menacer l’Europe tout entière.


Analyse du discours de Jacques Chirac du 16 juillet 1995



Anette Wieviorka analyse ci-dessous le discours de Jacques Chirac du 16 juillet 1995 qui reconnaissait la responsabilité de la France dans la déportation des Juifs. Directrice de recherche émérite au CNRS, elle a publié de nombreux ouvrages sur la Shoah et l’histoire des Juifs au XXe siècle. 


« Il est, dans la vie d’une nation, des moments qui blessent la mémoire et l’idée que l’on se fait de son pays. Ces moments, il est difficile de les évoquer, parce que l’on ne sait pas toujours trouver les mots justes pour rappeler l’horreur, pour dire le chagrin de celles et ceux qui ont vécu la tragédie. Celles et ceux qui sont marqués à jamais dans leur âme et dans leur chair par le souvenir de ces journées de larmes et de honte. Il est difficile de les évoquer, aussi, parce que ces heures noires souillent à jamais notre histoire, et sont une injure à notre passé et à nos traditions. Oui, la folie criminelle de l’occupant a été secondée par des Français, par l’État français. »

C’est par ces mots que Jacques Chirac, tout juste élu président de la République, ouvre le 16 juillet 1995 un des discours les plus fameux de l’histoire de France, celui par lequel il reconnaît les responsabilités de la France dans la déportation et l’anéantissement de près de 76 000 des Juifs qui y vivaient.

En 1992, une pétition, initiée par le Comité Vél’d’Hiv, adressée au président de la République François Mitterrand, avait demandé que par un geste symbolique l’État reconnaisse les responsabilités de la France dans le génocide. Si, pour la première fois cette année-là, François Mitterrand marque de sa présence la cérémonie de commémoration de la rafle du Vél’d’Hiv, à laquelle aucun chef d’État n’avait assisté depuis la fin de la guerre, il n’y prononce aucun discours, refuse tout geste. Pourtant, il institue par décret une journée nationale de commémoration des « persécutions racistes et antisémites commises sous l’autorité de fait dite “gouvernement de l’État français (1940-1944)” ». Une commémoration officielle a désormais lieu le 16 juillet s’il tombe un dimanche, sinon le dimanche suivant le 16 juillet. Un « comité national pour la défense de la mémoire des persécutions racistes et antisémites commises sous l’autorité de fait dite "gouvernement de l’État français" » est formé, chargé notamment de concevoir et de faire ériger un monument à l’emplacement de l’ancien Vélodrome d’hiver. Le 17 juillet 1994, le monument du Vél’d’Hiv, prévu pour être le support de la commémoration, est inauguré par le président de la République, le Premier ministre Édouard Balladur et Jacques Chirac, en tant que maire de Paris.

Ces gestes de Mitterrand – la journée de commémoration, le monument commémoratif – ne marquent pas les mémoires. Ils sont trop en deçà de la demande qui lui avait été faite, et brouillés par la violence et l’ampleur de la polémique sur son passé à Vichy. Le discours de Jacques Chirac, lui, fait date.

Sur le plan historique, il doit tout à Serge Klarsfeld.






Et il n’y a rien à redire. Jacques Chirac explique que « le 16 juillet 1942, 4 500 policiers et gendarmes français, sous l’autorité de leurs chefs, répondaient aux exigences des nazis » et arrêtaient à leur domicile au petit matin à Paris et en région parisienne quelque 13 000 hommes, femmes et enfants juifs qui furent rassemblés dans les commissariats de police, « jetés sans ménagement dans les bus parisiens et les fourgons de la Préfecture de police ». Les victimes furent conduites au Vélodrome d’hiver, attendirent « dans les conditions terribles » d’être dirigées « sur l’un des camps de transit – Pithiviers ou Beaune-la-Rolande – ouverts par les autorités de Vichy ». 
Jacques Chirac évoque les autres rafles, à Paris et en province, les 74 trains partis vers Auschwitz, les « 76 000 déportés Juifs de France qui n’en reviendront pas ». Et de commenter : « La France, patrie des Lumières et des Droits de l’Homme, terre d’accueil et d’asile, la France, ce jour-là, accomplissait l’irréparable. Manquant à sa parole, elle livrait ses protégés à leurs bourreaux. […]. Nous conservons à leur égard une dette imprescriptible. »

Ce discours, largement commenté par la presse, rencontre l’assentiment de beaucoup, notamment des instances communautaires juives. Mais il ne fait pas tout à fait l’unanimité. Des voix de gaullistes historiques – celle de Marie-France Garaud, de Pierre Juillet ou de Philippe Seguin – se font entendre : pour eux, Vichy n’était pas la France. Le régime était, selon la formule de De Gaulle, « nul et non avenu ». La France, c’était la Résistance. Or Jacques Chirac, dans une partie de son discours jamais relevée par les commentateurs, avait pris bien garde de ne pas réduire la France et les Français à la collaboration et aux collaborateurs. Il avait évoqué « l’action héroïque et fraternelle de nombreuses familles françaises », Bir Hakeim, un mois avant la rafle du Vél’d’Hiv, quand « les Français libres de Koenig avaient héroïquement tenu, deux semaines durant, face aux divisions allemandes et italiennes ». Et il avait parlé de « la France, une certaine idée de la France, droite, généreuse, fidèle à ses traditions, à son génie. Cette France n’a jamais été à Vichy. Elle n’est plus, et depuis longtemps, à Paris. Elle est dans les sables libyens et partout où se battent des Français libres. Elle est à Londres, incarnée par le général de Gaulle. Elle est présente, une et indivisible, dans le cœur de ces Français, ces “Justes parmi les nations” qui, au plus noir de la tourmente, en sauvant au péril de leur vie, comme l’écrit Serge Klarsfeld, les trois quarts de la communauté juive résidant en France, ont donné vie à ce qu’elle a de meilleur. Les valeurs humanistes, les valeurs de liberté, de justice, de tolérance qui fondent l’identité française et nous obligent pour l’avenir. »


Jacques Chirac et Christine Albanel


Le panache de la forme, les formules superbes et mémorables, Jacques Chirac les doit à Christine Albanel, plume de longue date du nouveau président de la République.

Ce discours inaugure une série de sept « grands discours » classés sur le site de l’association Avec le président Chirac dans la rubrique « Mémoire ». Trois d’entre eux concernent divers événements historiques – hommage national aux harkis (25 septembre 2001), 60e anniversaire du débarquement de Normandie (6 juin 2004), commémoration de l’abolition de l’esclavage (30 janvier 2006). Les quatre autres sont consacrés aux liens entre la France et les Juifs. Outre le discours qui ouvre son premier mandat présidentiel, Jacques Chirac rend hommage le 8 juillet 2004, en compagnie de Simone Veil, aux Justes parmi les Nations au Chambon-sur-Lignon, ce village de la Haute-Loire qui, entre 1940 et 1944, a accueilli des centaines de Juifs fuyant les persécutions. Puis, le 12 juillet 2006, il célèbre le centenaire de la réhabilitation d’Alfred Dreyfus. C’est toujours avec Simone Veil, alors présidente de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, qu’il clôt en quelque sorte son second mandat en dévoilant au Panthéon, le 18 janvier 2007, une plaque honorant les Justes de France. Le discours qu’il prononce alors corrige ou complète celui sur les responsabilités de la France dans la déportation des Juifs. 
Les années Chirac furent celles de l’apurement des comptes laissés par Vichy. A la suite du discours du 16 juillet 1995, et dans un contexte international de scandales récurrents concernant notamment les avoirs bancaires conservés dans les banques suisses et les œuvres d’art pillées pendant la guerre, était créée la mission d’étude sur la spoliation des biens des Juifs de France. Elle rendit ses rapports en 2000 à Lionel Jospin. Furent alors mises sur pied la Commission d’indemnisation des victimes des spoliations (CIVS), qui continue aujourd’hui encore son travail, et la Fondation pour la mémoire de la Shoah, dont Simone Veil fut la première présidente. En 1998 se tenait le procès de Maurice Papon qui se voulait celui de la coopération de l’administration avec l’occupant dans la déportation des Juifs de France. La réparation fut donc triple : symbolique, judiciaire et matérielle.

*  *
Dernièrement Annette Wieviorka (ci-dessus) a publié 1945, La Découverte (Seuil, 2015) et Le Moment Eichmann (dir., avec Sylvie Lindeperg, Albin Michel, 2016).
Par Annette Wieviorka, in L'Histoire, mars 2016.

samedi 15 juillet 2017

Le dimanche il n'y a pas photo

(Parce que demain dimanche, il n'y aura pas photo)



Brigitte Bardot in the 1960s.


Brigitte Bardot in A Woman Like Satan (1959).





Brigitte Bardot photographed by Sam Levin, 1967.





Brigitte Bardot on the set of Two Weeks In September, 1966.















Brigitte Bardot on the set of Two Weeks In September, 1966.




Cours de danse de Dario Moreno









***






➰〽️



➰〽️



➰〽️











beecumingabutterfly:
“🐝
”



➰〽️





supernovafirefly:
“ aviewfrommercury:
“ bene-geserit:
“ galesofnovember:
“ wild-guy:
“ “In a performance protest against the Australian shark cull and the global slaughter of sharks, a woman risks it all to dance on the sea floor with swarms of tiger...

supernovafirefly:
“ aviewfrommercury:
“ bene-geserit:
“ galesofnovember:
“ wild-guy:
“ “In a performance protest against the Australian shark cull and the global slaughter of sharks, a woman risks it all to dance on the sea floor with swarms of tiger...

supernovafirefly:
“ aviewfrommercury:
“ bene-geserit:
“ galesofnovember:
“ wild-guy:
“ “In a performance protest against the Australian shark cull and the global slaughter of sharks, a woman risks it all to dance on the sea floor with swarms of tiger...

supernovafirefly:
“ aviewfrommercury:
“ bene-geserit:
“ galesofnovember:
“ wild-guy:
“ “In a performance protest against the Australian shark cull and the global slaughter of sharks, a woman risks it all to dance on the sea floor with swarms of tiger...



➰〽️


➰〽️


ultragoodvoyeur:
“➰〽️
”


➰〽️


➰〽️



➰〽️


➰〽️


➰〽️



(tous les précédents dimanches sont ici)