lundi 30 mai 2016

DRANCY. 30 Mai 1944. Convoi 75. Lieux de Mémoire (6)




Drancy. 30 mai 1944


Rue de la Station, face à la gare du Bourget-Drancy, arrivent les autobus.
Les déportés sont entassés dans les wagons à bestiaux de la S.N.C.F.
Le convoi numéro 75 emporte vers Auschwitz 1000 personnes, dont 60 petites filles et 52 petits garçons.


Seront sélectionnés dès leur arrivée à Auschwitz 134 femmes et 239 hommes.

Seront assassinés par gazage dès leur arrivée à Auschwitz 627 personnes.

Survivront en 1945 : 35 hommes et 64 femmes.



Le convoi numéro 75 emporte vers Auschwitz 1000 personnes





dimanche 29 mai 2016

Fête des mères





 Dieu comprit qu'il ne pouvait être partout,

alors il a créé la mère. 
proverbe yiddish 

Pierre GAMARRA. Je te souhaite un jour de velours





Je te souhaite un jour de velours


Je te souhaite un jour de velours,
d'iris, de lis et de pervenches,
un jour de feuilles et de branches,
un jour et puis un autre jour,

un jour de blés, un jour de vignes,
un jour de figues, de muscats,
un jour de raisins délicats,
un jour de colombes, de cygnes.

Je te souhaite un jour de diamant,
de saphir et de porcelaine,
un jour de lilas et de laine,
un jour de soie, ô ma maman,

et puis un autre jour encore,
léger, léger, un autre jour
jusqu'à la fin de mon amour,
une aurore et puis une aurore,
  
car mon amour pour toi, ma mère,
ne pourra se finir jamais
comme le frisson des ramées
comme le ciel, comme la mer…


Pierre GAMARRA




..."car mon amour pour toi, ma mère,
ne pourra se finir jamais
comme le frisson des ramées
comme le ciel, comme la mer"…






Louis-Eugène BOUDIN
(1824-1898)
Ciel nuageux au dessus d'une mer calme - Musée d'Orsay 

*

Actuellement au Havre, BOUDIN le maître des nuées maritimes retrouve sa lumière. 

Dans son poème L'Étranger Baudelaire affirme qu'il aime mieux «les nuages qui passent» à ce qui nous est habituellement cher : famille, patrie, or… Provocation antibourgeoise? Oui mais pas seulement. Cette passion très exclusive est née en 1859 avec la découverte des études de ciels d'Eugène Boudin. Pour Baudelaire, ce peintre qui, pour ses pastels et ses huiles, levait les yeux, délaissant le rivage, la mer et jusqu'à la ligne d'horizon, réunit tout de ce qu'il appelle la modernité. De telles «beautés météorologiques» saisissent en effet un instant de la «grande nature céleste». Elles captent le transitoire de l'immuable, le contingent de l'éternel. Pour quelques mois encore Au Musée André-Malraux du Havre, il n'est qu'à regarder par les larges baies vitrées donnant sur la Manche pour réaliser à quel point ces études sonnent ...(jusqu'à fin septembre 2016)



samedi 28 mai 2016

VERLAINE. Walcourt





Walcourt

Briques et tuiles,
Ô les charmants
Petits asiles
Pour les amants !

Houblons et vignes,
Feuilles et fleurs,
Tentes insignes
Des francs buveurs !

Guinguettes claires,
Bières, clameurs,
Servantes chères
À tous fumeurs !

Gares prochaines,
Gais chemins grands...
Quelles aubaines,
Bons juifs errants !

Paysages belges. 1er poème. Juillet 72

Paul VERLAINE
 in Romances sans paroles1874



..."Briques et tuiles,
Ô les charmants
Petits asiles
Pour les amants !"...



Marc CHAGALL
Toits rouges,
1953/1954  


Camille PISSARO
Les Toits rouges, coin de village, effet d'hiver,
1877

Le titre, Les Toits rouges, coin de village, effet d'hiver, précise la dimension théorique de cette création de Camille Pissarro. Avec ce tableau, en effet, il s'éloigne d'une notion anecdotique du paysage. Les plans se succèdent parallèlement à la surface de la toile. L'impression de profondeur est dès lors simplement rendue par la taille décroissante des motifs. Du rouge orangé au brun, les pentes des toits semblent essaimer sur toute la surface. Les mêmes tonalités se retrouvent en effet dans les champs et les plantes du premier plan, ainsi que sur la côte Saint-Denis à l'arrière-plan. Les empâtements, plus ou moins prononcés, en accrochant plus ou moins la lumière et en rendant la touche plus ou moins vibrante, confèrent une grande intensité et une grande mobilité à la surface peinte. 

Cette peinture est réalisée alors que Pissarro et Cézanne ont l'habitude, depuis 1865, de travailler ensemble sur des motifs identiques. 

 © Musée d’Orsay
Commentaire de Jean-Gilles Berizzi.


... Guinguettes claires,
Bières, clameurs,
Servantes chères
              À tous fumeurs !   ...





Jan STEEN
Fête dans une auberge



vendredi 27 mai 2016

Louise de Vilmorin. L'île.








L’île


L’île a des lis

Et des lilas

Pour les délices il y a des lits là.

Pas de soucis,

Cent liserons

Viens tes soucis vite s’enliseront.

Un cycle amène

Cycle centaure,

Sous les lilas où j’oublie tes cent torts,

Un cyclamen

Des centaurées

Et des pensées pour le temps dépensé.

L’île à délices

A des lilas,

Avec des lis j’ai porté ton lit là.



Louise de Vilmorin 
in  L’Alphabet des aveux -1954-







 Zhou Fang
Femmes aux fleurs

_____________________________________________________________________
Diego Rivera, né le  à Guanajuato (Mexique) et mort le  , est un peintre mexicain. Il peignit des femmes et des fleurs, surtout des calla (ou arum).






jeudi 26 mai 2016

AUTHEX. Festins de poèmes, cocktails de fables !






"Le génie c'est l'enfance retrouvée à volonté
."
  
Charles Baudelaire


      * * *


Festins de poèmes, cocktails de fables !



Les poèmes ne croquent pas le monde de l'enfance mais l'enfance du monde. Ils mitonnent la saveur épicée de la vie, de l'amour et de la mort...

Les enfants, en fins gourmets, les dégustent goulûment et, après les avoir digérés, les font mijoter dans la grande casserole de leur imagination gourmande pour les resservir à leur sauce à d'autres affamés salivant d'impatience.

Les poèmes sont éternels et intemporels, ils sautent d'enfants en enfants, ils reviennent de bouches en oreilles, ils changent souvent de goût, de couleur, de ton, de style mais, quel que soit le régime subi, ils ne perdent jamais leur sens symbolique.

Tous les enfants sont des goûteurs d'histoires ou (et) des conteurs, gourmands impénitents ou ogres plus affamés que ceux des fables.

Tous les enfants ont la langue bien pendue
et les oreilles aussi grandes que le monde. 


Lechim Authex



Tamara de Lempicka
Mère et enfant


©Wayne F.MILLER
Merci à Pop9

mercredi 25 mai 2016

GUENOUN. Le mot du mardi






















GUILLEVIC. Quand on nous dit



       


         Quand on nous dit


Quand on nous dit :
La vie augmente, ce n’est pas
Que le corps des femmes
Devient plus vaste, que les arbres
Se sont mis à monter
Par-dessus les nuages,
Que l’on peut voyager
Dans la moindre des fleurs,
Que les amants
Peuvent des jours entiers rester à s’épouser.
Mais c’est tout simplement,
Qu’il devient difficile
De vivre simplement.



 Guillevic
in Gagner, 1949




..."ce n’est pas
Que le corps des femmes
Devient plus vaste"...


Fernando BOTERO
Femme lisant, 2002



____________Guillevic (1907-1997) a reçu le grand prix de poésie de l'Académie française en 1976, le grand prix national de la poésie en 1984, le prix Goncourt de la poésie en 1988.


mardi 24 mai 2016

Cyrano de Bergerac. A propos de...Ils ont dit


















Jacques Lorcey, acteur, metteur en scène et historien du théâtre français

Né le 6 mai 1938
Jacques Lorcey, acteur, metteur en scène et historien du théâtre français :

« Cyrano remet en cause un certain ordre basé sur les fausses valeurs, qu'elles soient matérielles, sociales, intellectuelles ou sentimentales... »



« A tout instant, Cyrano remet en cause un certain ordre basé sur les fausses valeurs, qu'elles soient matérielles, sociales, intellectuelles ou sentimentales...  »

Edmond Rostand, tome 1, Cyrano - L'Aiglon, (1868-1900), 2004 ;
page 342-343



Thierry Maulnier, journaliste et écrivain
Thierry Maulnier, journaliste et écrivain :

« Quelle admirable cuisine ! »


Journal Combat, 28-29 janvier 1956

Thierry Maulnier, de son vrai nom, Jacques Talagrand (1909 - 1988), est un journaliste, essayiste, critique littéraire et auteur dramatique français. Elu à l'Académie française en 1964, au fauteuil 20.



Jean Rostand, fils d'Edmond Rostand

1894-1977
Jean Rostand, fils d'Edmond Rostand :

« Mon père voyait Cyrano comme une symphonie. »

Entretien avec des journalistes, 24 septembre 1970

Jean Rostand est biologiste, romancier et, comme son père et son grand-père avant lui, académicien.



Jaromir Janacek, metteur en scène :

« Il faut revenir à Cyrano tous les dix ans, car ça nettoie l'âme. »



Edmond Rostand, écrivain

1868-1918
Edmond Rostand, écrivain :

« Ce sera le plus beau four de l'année ! »


La veille de la Première, à ses amis.



André Antoine, fondateur du Théâtre Libre
André Antoine, fondateur du Théâtre Libre :

« Cyrano était un chef-d'oeuvre de la plus pure lignée classique, par le sujet, la construction et le verbe. »

André Antoine (1858-1943) est considéré comme l'inventeur de la mise en scène moderne. 



Constant Coquelin, acteur
Constant Coquelin, acteur :

« Je ne crois pas qu'il existe une pièce mieux composée que Cyrano. »



Réponse à Félix Faure, Président de la République Française, lors de la représentation du 6 janvier 1898.

(Cité par Pierre Apesteguy, La Vie profonde de Edmond Rostand, 1928)



Gérard Depardieu, acteur
Gérard Depardieu, acteur :

« Grâce à vous un grand film est passé dans ma vie. »

Extrait du dossier de presse



Jean-Paul Rappeneau, cinéaste
Jean-Paul Rappeneau, cinéaste :

« La pièce d'Edmond Rostand rassemble en quelque sorte tous les artifices du théâtre. »

Jean-Paul Rappeneau et Jean-Claude Carrière, mars 1990,
Introduction au scénario adapté. 



Jean-Marie Apostolidès, metteur en scène et auteur de théâtre
Jean-Marie Apostolidès, metteur en scène et auteur de théâtre :

« Cette oeuvre met en image les fondements imaginaires de la nation. »

Cyrano, qui fut tout et qui ne fut rien,
Les Impressions Nouvelles, 2006 ; p. 119



Claude Aziza, critique
Claude Aziza, critique :

« Cyrano de Bergerac est d'abord la tragédie d'un homme seul. »

Claude Aziza, maître de conférences à la Sorbonne Nouvelle.
Les Clés de l'oeuvre de l'édition Pocket Classiques, 1998, page XIV.



Jérome Savary, metteur en scène

Né le 27 juin 1942
Jérome Savary, metteur en scène :

« Cyrano, c'est le Français qui la ramène, un bravache attendrissant, un homme libre. »

Dossier de presse pour sa mise en scène de 1983 au Théâtre Mogador



Jean-Paul Belmondo, comédien

Né le 9 avril 1933
Jean-Paul Belmondo, comédien :

« C'est un rôle qui peut se jouer de différentes manières. »



Jean Marais, comédien

1913-1998
Jean Marais, comédien :

« On aimerait avoir le caractère de Cyrano. »



Willy de Spens, critique
Willy de Spens, critique :

« Ce n'est qu'un divertissement, prétendent les esprits chagrins [...] »

Ce n'est qu'un divertissement, prétendent les esprits chagrins [...] Mais c'est un beau divertissement.

Willy de Spens,
Préface de l'édition GF Flammarion, 1989, p. 26 



Paul Valéry, poète
Paul Valéry, poète :

« [Edmond Rostand est] la queue de la comète romantique. »

Paul Valéry, Cahiers



Rosemonde Gérard, poète et femme d'Edmond Rostand

1871-1953
Rosemonde Gérard, poète et femme d'Edmond Rostand :

« On ne peut pas raconter Cyrano. »

Rosemonde Gérard,
Edmond Rostand, 1935, p. 26



Maurice Rostand, poète et fils d'Edmond Rostand :

« C'est une date de l'âme française ! »

Cyrano de Bergerac est bien autre chose qu'une comédie héroïque en cinq actes et en vers ! C'est une date de l'âme française !

Maurice Rostand,
Confessions d'un demi-siècle, 1948, p. 35



Maïté Dabadi, :

« Cyrano parle aux artistes comme aux amoureux. »

Maïté Dabadi,
Lettre à ma nièce sur Edmond Rostand, 1970, p. 51



Roland Petit, auteur de ballets
Roland Petit, auteur de ballets :

« Cyrano, au fond, c'est encore l'éternelle histoire. C'est encore Arlequin, Pierrot, Colombine... »

« Cyrano, au fond, c'est encore l'éternelle histoire. C'est encore Arlequin, Pierrot, Colombine... »

Roland Petit
Interview publiée dans Le Figaro littéraire du 4 avril 1959 



Paul Y. Armand, journaliste :

« Lisez, relisez vingt fois Cyrano et vous en serez HEUREUX !  »

Paul Y. ARMAND,
Revue CPC - Cartes Postales et Collection,
n°178, février-mars 1998
(dossier de six pages)



Emile Ripert, écrivain :

« Cyrano donnait au monde entier des leçons de générosité. »

Emile Ripert
Edmond Rostand, 1968,
Hachette, p. 99 



Jean-Baptiste Manuel, enseignant et auteur dramatique
Jean-Baptiste Manuel, enseignant et auteur dramatique :

« Cyrano, ecce actor. »

Rostand, Ecrivain imaginaire,
Essai, 2003, Atlantica 



François Mauriac, écrivain

1885-1970
François Mauriac, écrivain :

« J'aurais eu honte d'être vu [...] à Cyrano de Bergerac [...] puisque je n'y pouvais être que pour mon plaisir et que ce plaisir avait été jusqu'aux larmes... »


« 
J'aurais eu honte d'être vu par nos cadets à Cyrano de Bergerac, un soir qui n'était pas un soir de gala et où j'étais sans excuse de me trouver, puisque je n'y pouvais être que pour mon plaisir et que ce plaisir avait été jusqu'aux larmes... »

François Mauriac, 70 ans
Le Figaro littéraire, 27 février 1964


Prix Nobel de Littérature, 1952



Henry Bergson, philosophe
Henry Bergson, philosophe :

« Ce n'est pas seulement [...] une richesse d'imagination et une puissance d'expression comme nous n'en avons pas eu d'exemple depuis Hugo : c'est ausi un certain idéal de vie... »

Ce que j'admire le plus dans votre oeuvre, cher grand poète, ce n'est pas seulement ce qu'on y aperçoit d'abord, une richesse d'imagination et une puissance d'expression comme nous n'en avons pas eu d'exemple depuis Hugo : c'est aussi un certain idéal de vie - à la fois héroïque et résigné - qui est répandu sur l'ensemble ou qui s'en dégage comme un parfum.

Henry Bergson, lettre à Edmond Rostand 



Anthony Burgess, écrivain
Anthony Burgess, écrivain :

« Cyrano de Bergerac may not be the best play ever written [...] but Cyrano himself is surely one of the great characters of all drama... »

« Cyrano de Bergerac may not be the best play ever written [...] but Cyrano himself is surely one of the great characters of all drama, and he has qualities which ought to commend him to an age that appreciates the making of a style out of despair.»

Cyrano de Bergerac n'est peut-être pas la meilleure pièce jamais écrite [...] mais Cyrano lui-même est sûrement l'un des grands personnages de tout le théâtre, et il a les qualités qui doivent le recommander à un âge qui apprécie la fabrication d' un modèle hors du désespoir.

Anthony Burgess, 31 décembre 1970,
Préface de son texte adapté.



Emile Magne, écrivain et critique :

« Cyrano de Bergerac, c'est une séduction simultanée de la vue et de l'ouïe. C'est de la couleur et de l'harmonie. On y chercherait vainement autre chose. »

Le Cyrano de l'Histoire, les erreurs de documentation de Cyrano de Bergerac, 1898.
Préface de la deuxième édition, 1903



Béatrix Dussane, actrice et journaliste
Béatrix Dussane, actrice et journaliste :

« Né d'une crise de découragement »


« Cyrano est fils de Rostand et du Rostand de 96-97. C'est-à-dire que ce vaillant est fils d'un fragile, cet intrépide est fils d'un inquiet, cet enthousiasme est né d'une crise de découragement.»

Béatrix Dussane,
Les Annales, juin 1955 n° 56

Dussane était une femme exceptionnelle, je regrette de ne pas avoir été son élève. Ayant débuté à 15 ans (1903) comme pensionnaire de la Comédie-Française, dans le rôle de Toinette du Malade Imaginaire, elle a attendu, non sans impatience, 19 années avant d'être nommée Sociétaire. Elle fut aussi professeur au Conservatoire, écrivain et conférencière. A la radio, son émission hebdomadaire s'appelait : "Au jour et aux Lumières". La photographie de Béatrix Dussane est signée Laure Albin-Guillot, célèbre portraitiste de l'entre-deux guerres. 



Arthur Miller, dramaturge américain
Arthur Miller, dramaturge américain :

« J'aime Cyrano car je déteste le théâtre cérébral. »



Léon Daudet, journaliste

1867 - 1924, fils d'Alphonse.
Léon Daudet, journaliste :

« Le chef-d'oeuvre de l'enfantillage et de la convention »



Jacques Lorcey, acteur, metteur en scène et historien du théâtre français

Né le 6 mai 1938
Jacques Lorcey, acteur, metteur en scène et historien du théâtre français :

« Rêve ou conte de fées... »

« Rêve ou conte de fées, jeu littéraire, séance de psychanalyses, orgie gargantuesque, drame intemporel, divertissement superbe, ou reconstitution historique, Cyrano de Bergerac est tout cela - et bien plus encore.»

Edmond Rostand, tome 1, Cyrano - L'Aiglon, (1868-1900), 2004 ;
page 349



Fernand Gregh, poète et critique

1873-1960
Fernand Gregh, poète et critique :

« Jamais pièce de théâtre n'a été mieux faite pour réussir »


Élu en 1953 au fauteuil 19 de L'Académie Française

Poète, critique littéraire, historien de la littérature



Emile Magne, écrivain et critique :

« Il y avait un peu de Cyrano dans Verlaine, le fantasque, le sceptique, l'émotif et le mystique... »

Il y avait un peu de Cyrano dans Verlaine, le fantasque, le sceptique, l'émotif et le mystique : des sentiments en désaccord et toujours s'accordant ; puis une pointe de finesse triste, un peu d'égarement, un peu de misanthropie [...].

Les Erreurs de documentation de Cyrano,
après avoir cité le poème du "Pauvre Gaspard", de Verlaine.



Madame la Baronne de Staffe, écrivain

1845-1911
Madame la Baronne de Staffe, écrivain :

« Allez applaudir Cyrano, et vous verrez comment élever vos fils ! »


Née Blanche (Augustine Angèle) Soyer, Madame la Baronne reste célèbre pour son manuel de Règles de savoir-vivre, 1891.



Jules Romains, écrivain

1885-1972
Jules Romains, écrivain :

« C'est un prodige unique... »


« Ne perdez pas de vue que le Cyrano du regretté Edmond Rostand est, avec Les Chants de Maldoror etLa saison en Enfer, le seul legs des générations précédentes que les nouveaux poètes acceptent et saluent avec dévotion. »



L'éternel créateur du Docteur Knock a  été élu en 1946 au fauteuil 12 de l'Académie Française.

Grand officier de la Légion d'honneur
Commandeur des Palmes académiques
Commandeur des Arts et des Lettres



Catulle Mendès, poète et écrivain

1841-1909
Catulle Mendès, poète et écrivain :

« Qui veut de la joie ? En voici à profusion... »



Emile Faguet, écrivain

1847 - 1916
Emile Faguet, écrivain :

« Cyrano est comme une pièce qui aurait été écrite [...] par Hugo en collaboration avec Musset. Elle a pris son rang dans le groupe des oeuvres qui ne peuvent pas périr. »


« Cyrano de Bergerac
 est comme une pièce qui aurait été écrite par Corneille en collaboration avec Théophile et Benserade ou par Hugo en collaboration avec Musset. Elle a pris son rang dans le groupe des œuvres qui ne peuvent pas périr. »

Emile Faguet, La Vie et l’œuvre d’Edmond Rostand, 1910


Elu en 1900 à l'Académie Française, fauteuil 3



Albert Thibaudet, critique littéraire

1874-1936
Albert Thibaudet, critique littéraire :

« Le théâtre en vers a eu, grâce à lui [Edmond Rostand], de grandes funérailles et des jeux funèbres somptueux. »

Albert THIBAUDET (Tournus 1874 - Genève 1936), 
Histoire de la littérature française
, 1936.



Rémy de Gourmont, romancier

1858-1915
Rémy de Gourmont, romancier :

« Cyrano ne marque pas le commencement d'une nouvelle période ; elle marque la fin du cycle romantique. Cette pièce éclatante est la dernière fusée d'un feu d'artifice. »

Cyrano ne marque pas le commencement d’une nouvelle période ; elle marque la fin du cycle romantique. Cette pièce éclatante est la dernière fusée d’un feu d’artifice.


Promenades littéraires I, 1904 ;
« Le bonheur littéraire : M. Edmond Rostand »



Autre citation du même auteur
« Rompant heureusement avec la manie des pièces à thèse, celle-ci ne veut rien prouver du tout (...). Depuis vingt ans et plus, quand on nous convie au théâtre, c'est pour entendre discuter sur un beau cas de divorce, sur les droits des enfants, de droit de l'Etat, l'avenir des sociétés, la cité future, sur le régime des hôpitaux ou celui des prisons. devant l'esprit et la bravoure de Cyrano, les spectateurs défiants se sont sentis renaître : au lieu des côtés dégoutants de la vie, on leur montrait les faces les plus brillantes, il était enfin question d'amour, d'héroïsme et de beauté. »



Rémy de Gourmont, romancier

1858-1915
Rémy de Gourmont, romancier :

« Rompant heureusement avec la manie des pièces à thèse, celle-ci ne veut rien prouver du tout [...] Devant l'esprit et la bravoure de Cyrano, les spectateurs défiants se sont sentis renaître... »


« Rompant heureusement avec la manie des pièces à thèse, celle-ci ne veut rien prouver du tout (...). Depuis vingt ans et plus, quand on nous convie au théâtre, c'est pour entendre discuter sur un beau cas de divorce, sur les droits des enfants, de droit de l'Etat, l'avenir des sociétés, la cité future, sur le régime des hôpitaux ou celui des prisons. Devant l'esprit et la bravoure de Cyrano, les spectateurs défiants se sont sentis renaître : au lieu des côtés dégoutants de la vie, on leur montrait les faces les plus brillantes, il était enfin question d'amour, d'héroïsme et de beauté. »
Promenades littéraires I, 1904 ;
« Le bonheur littéraire : M. Edmond Rostand »



Georges Courteline, écrivain

1858-1929
Georges Courteline, écrivain :

« Ce n'est pas le succès, c'est le triomphe lui-même. »

« C’est prodigieux, vraiment, et ce matin je suis encore tout ébloui de cet éblouissement. Ce n’est pas le succès, c’est le triomphe lui-même. J’en suis aussi heureux que vous et je pense que ce n’est pas peu dire. »

Télégramme à Rostand après la Première



Né à Tours le 25 juin 1858, décédé à Paris le 25 juin 1929, ce pourfendeur des ridicules de la petite bourgeoisie est décoré de la Légion d'honneur en 1899, puis élu à l'Académie Goncourt en 1926.

Courteline est inhumé aucimetière du Père-Lachaise. 



Nicolas Boileau, écrivain

1636-1711
Nicolas Boileau, écrivain :

« J'aime mieux Bergerac et sa burlesque audace Que ces vers où Motin se morfond et nous glace. »

De l'art poétique,1674, Chant IV, vers 39-40.



Henry Bauër, écrivain et critique

1851-1915
Henry Bauër, écrivain et critique :

« Edmond Rostand dépasse toute prévision. [...] »


Edmond Rostand dépasse toute prévision. Quel triomphe en une soirée ! Il a l'idée frappée dans le métal sonore de l'expression !



Marc Andry, écrivain :

« Cyrano, un personnage burlesque, douloureux, qui réunirait les insolences de Figaro, la bravoure de d'Artagnan et le désintéressement de Don César. Un Don Juan emprisonné dans la peau de Quasimodo. »



Jack London,  écrivain

1876-1916
Jack London, écrivain :

« Plusieurs passages de Cyrano semblent contenir mes propres pensées, mes propres sentiments. »

Dans une lettre à Cloudesley Johns, écrite en avril 1899



Jack London, de son vrai nom John Griffith Chaney est né à San Francisco, le 12 janvier 1876. Il s'est éteint le 22 novembre 1916, à Glen Allen, Californie Il est l'un des premiers écrivains américains à faire fortune de l'écriture.



Edmond Rostand, écrivain
Edmond Rostand, écrivain :

« Le panache, c'est l'esprit de la bravoure. »



Edouard Herriot, écrivain et homme politique

1872-1957
Edouard Herriot, écrivain et homme politique :

« Cyrano a été un moment de la Conscience nationale »



Fondateur de la section lyonnaise de la ligue des Droits de l’Homme. 

Élu à l'Académie Française en 1946, au fauteuil 8.

Officier de la Légion d'honneur « En vérité, Édouard Herriot était un gros homme charmant. Son charme naissait de ce contraste entre la culture, tous les dons d’une intelligence royale et la ruse, disons la finesse, politicienne ». (François Mauriac, Bloc-notes)



François Périer, comédien

1919-2002
François Périer, comédien :

« Si un jour on ne joue plus Cyrano, c'est que le théâtre sera malade. »



Gérard d'Hourville, écrivain :

« A eux deux, Rostand et Cyrano de Bergerac, forment un illustre personnage, connu de la terre à la lune, et que l'on n'a pas fini d'applaudir. »



Jérôme Savary, metteur en scène

Né le 27 juin 1942
Jérôme Savary, metteur en scène :

« La liberté, voilà pour moi le thème essentiel de Cyrano, liberté jusqu'à la mort. »



Jules Renard, écrivain

1864-1910
Jules Renard, écrivain :

« Ainsi il y a un chef d'oeuvre de plus au monde »

«Ainsi, il y a un chef d’œuvre de plus au monde. Réjouissons-nous. Reposons-nous. Flânons. Allons de théâtre à théâtre écouter les dernières niaiseries : nous sommes tranquilles. Quand il nous plaira nous retrouverons le chef d’œuvre. On peut s’y appuyer, s’y abriter.»




Rosemonde Gérard, poètesse

1871-1953
Rosemonde Gérard, poètesse :

« Chacune des pensées d'Edmond Rostand avait une rime, chacun de ses regards un reflet, chacune de ses actions un symbole. »



Jules Renard, écrivain

1864-1910
Jules Renard, écrivain :

« D'un seul coup de cothurne, Rostand a [...] remis debout l'art isolé et magnifique »

« Cyrano, des fleurs, rien que des fleurs, mais toutes les fleurs à notre grand poète dramatique. On ne savait plus, on barbotait. L'invasion du socialisme au théâtre déroutait les plus indifférents. L'artiste devait-il donc s'occuper de ce qui ne le regardait pas ? [...] Aurions-nous des Musset économistes et des Marivaux apôtres ? D'un seul coup de cothurne, Rostand a repoussé ces ordures, et d'un seul coup, remis debout l'art isolé et magnifique.»



François Mauriac, écrivain

1885-1970
François Mauriac, écrivain :

« Ce qui m'est apparu, peut-être grâce à Jean Piat, c'est que Cyrano n'a duré que parce qu'il était vrai, je veux dire ressemblant à une part de nous-mêmes »



F. Mauriac, Prix Nobel de Littérature, 1952



Jean-Paul Belmondo, comédien

Né le 9 avril 1933
Jean-Paul Belmondo, comédien :

« Cyrano de Bergerac, c'est une partie de moi-même »